#Coffee Best of: Montmartre bute sur Starbucks —

Montmartre bute sur Starbucks
18 janvier 2013 à 12:23 (Mis à jour: 12:27)

C’est en lieu et place du célèbre Pichet du Tertre, fermé depuis presque deux ans, qu’ouvrira le Starbucks. (Photo Thibaud Métais)
•Reportage Le géant américain va ouvrir un nouveau café place du Tertre à Montmartre. Au risque de dénaturer le quartier, disent les commerçants.
Par THIBAUD METAIS
Libération
Place du Tertre, Montmartre. Ses peintres, ses touristes, ses restaurants. Et en 2013, un nouveau venu : Starbucks. En lieu et place du restaurant Au Pichet du Tertre, au 10 rue Norvins, face au carré des artistes. Ce restaurant, c’était un peu la mémoire du quartier. L’ancien cabaret-galerie où s’étaient lancés Becaud, Aznavour ou Jean Yanne. Où Picasso et Renoir se retrouvaient au bar. Et du coup, sur la butte, c’est la soupe à la grimace.
Ouverture certaine
Le Pichet du Tertre a fermé il y a presque deux ans pour des raisons d’hygiène. Le 12 février prochain, les travaux devraient commencer. Pour une ouverture du Starbucks courant 20131. Malgré les contestations, l’enseigne n’a pas reculé. Le pharmacien de la butte, Frédéric Loup, président de l’association des commerçants du Haut-Montmartre qui avait tenté d’empêcher la venue de Starbucks, a jeté les armes. «Il n’y a plus rien à faire, c’est signé. Maintenant on va devoir essayer de travailler correctement avec eux. Mais il y a quand même des interrogations.»
Celles qui entourent l’avenir de la place. De la butte. Du quartier. De manière générale, les commerçants sont tous sur la même longueur d’onde. «Ça ne correspond pas à l’image du quartier, mais ils ont l’argent pour acheter» lance Éric, manager du restaurant Au Cadet de Gascogne. «Ça peut complètement dénaturer le quartier mais c’est conforme à l’évolution générale» ajoute Henri Boulard, propriétaire du restaurant La Crémaillère.
Un portraitiste aux accents italiens, installé depuis vingt ans, dresse un constat amer, non sans cynisme : «L’ouverture du Starbucks ne va rien changer puisqu’elle s’inscrit dans ce nivellement continu vers le bas. Il y a bien longtemps que cette place n’est plus ce qu’elle était.»
Starbucks et Made in China
Si la plupart regrette qu’un lieu comme le Pichet du Tertre laisse sa place à une grande chaîne, d’autres y voient un moindre mal. «Ca m’attriste profondément car ça ne correspond pas à l’image de Montmartre, confie Nadia Laraba, responsable accueil au Syndicat d’initiative, et habitante de la butte depuis 12 ans. Mais cela ne sera pas pire qu’un magasin de souvenirs “Made in China”. Ces boutiques polluent réellement le quartier.»
Tous soulignent en tout cas le problème foncier du quartier. «Il faut se battre contre l’augmentation des loyers, indique Frédéric Loup. Il n’y a plus de commerce de proximité ici, je suis le dernier avec ma pharmacie. Si ça continue, il n’y aura plus que des chaînes, parce qu’il n’y aura qu’elles pour payer les loyers.»
Les identitaires en lutte
Les gens du quartier ne sont pas les seuls à s’être mobilisés. D’autres n’ont toujours pas abandonné la lutte. C’est le cas de l’association Paris Fierté, appuyée par le Bloc identitaire, groupuscule d’extrême droite et grand défenseur de «l’identité française». Depuis deux mois, Paris Fierté s’est mobilisée en tractant régulièrement sur la place et en lançant une pétition.
Pour l’association, «accepter l’implantation de Starbucks dans notre quartier, c’est donner victoire aux mondialistes destructeurs d’identités». Un champ lexical bien connu dans ce corpus idéologique. Si le porte-parole de Paris Fierté, Pierre Larti, assure «que les commerçants [les] soutiennent en grande majorité», une fois sur place, c’est loin d’être si évident.
«On ne les a pas vu se bouger avant, c’est ridicule, confie une commerçante. Il fallait déjà être là quand les échopes de souvenirs ont envahit le quartier. On sait bien qui sont ces gens, on n’y prête pas vraiment attention.» Certains préfèrent par ailleurs éluder le sujet quand on leur demande si la mobilisation de l’association est bénéfique pour eux.
Electrochoc
Il y a vingt ans, l’ouverture d’un McDonald’s avait été empêchée. Sauf que nous sommes en 2013 et la butte s’est métamorphosée. Les grandes chaînes ont déjà pris possession des Abbesses, quelques encablures plus bas. Les magasins de souvenirs se multiplient comme des petits pains sur la butte. Les t-shirts «I Love Paris» et autres camelotes en plastique s’accumulent. Certains caricaturistes ou peintres auto-proclamés n’hésitent pas à harceler les touristes pour un portrait à 50 euros. Alors pourquoi Starbucks n’y aurait pas sa place ? D’autant que la façade mythique du Pichet du Tertre sera conservée puisque classée.
Un commerçant de la place, qui préfère garder l’anonymat, pointe du doigt les erreurs commises ici. «Je ne suis vraiment pas fan de Starbucks, mais j’espère que son ouverture pourra servir d’électrochoc. Que les commerçants du quartier se remettront en question. Plutôt que de se battre contre ça, chacun devrait peut-être plutôt se battre pour améliorer la qualité du service, des plats. Chez Starbucks, les cafés ne seront sûrement pas balancés sur les tables, et seront chauds…»
(1) Starbucks était injoignable pour confirmer le calendrier

Advertisements

About jeanwadier

Writer editor translator curator @ paper.li jeanwadier
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s