#UK –” 10 sites pour trouver un job en restaurant/bar/pub au Royaume-Uni “

10 sites pour trouver un job en restaurant/bar/pub au Royaume-Uni



Ils sont parmi les jobs les plus demandés, les plus offerts aussi, et par conséquent les plus convoités par les jeunes européens exilés au Royaume-Uni en quête d’un petit job pour financer leur séjour. Les emplois en restaurant, bar ou pub sont peut-être parmi les plus faciles à obtenir mais concurrence oblige, il faudra parfois faire preuve de persévérance pour décrocher le graal.

Voici une liste de 10 sites pour trouver un job en restaurant/bar/pub au Royaume-Uni, autant d’occasions de multiplier vos chances de trouver la bonne offre pour vous :

  • Hôtellerie-Restauration.fr : ce site français spécialisé, comme son nom l’indique, dans l’actualité de l’hôtellerie et de la restauration, diffuse entre autres des offres d’emploi proposées majoritairement par des restaurants tenus par des Français au Royaume-Uni.
  • BarZone.co.uk : portail d’offres d’emploi dans des bars et pubs au Royaume-Uni. Les jobs proposés concernent aussi bien le service en salle que les services administratifs.
  • Caterer.com : ce site web référence des annonces de restaurants, bar, pubs et hôtels dans tout le Royaume-Uni.
  • RestautantJobs.co.uk : l’adresse du site parle d’elle-même, RestautantJobs.co.uk est un site d’offre d’emploi dans la restauration.
  • BigHospitality.co.uk : site d’actualité dédié au secteur de l’hospitalité. Il propose une section offres d’emploi intéressante.
  • FreeIndex.co.uk : ce portail est à la fois un annuaire de type Pages Jaunes et un site d’offres d’emploi. Il est particulièrement pratique en ce sens que l’on voit tout de suite le nombre de personnes ayant déjà répondu à une annonce.
  • Reed.co.uk : l’un des sites généralistes les plus populaires du Royaume-Uni. Avec plus de 1000 offres d’emploi en hotellerie-restaurantion déposée durant ces deux dernières semaines, Reed.co.uk apparait véritablement comme un outil indispensable à votre recherche d’emploi.
  • SimplyHired.co.uk : moteur de recherche qui indexe les annonces publiées sur de nombreux sites britanniques. Effectuez une recherche avec les expressions « bar staff » ou « waiting staff » et découvrez les offres disponibles sur plusieurs dizaines de sites web.
Advertisements
Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Coffee–“How to Start a Coffee or Tea Business “–

 

How to Start a

Coffee or Tea Business

We’ve been helping caterers start up for over 25 years, and have the answers…

Coffee has attracted many people into the Mobile Catering Business – it’s easy, clean and offers great profit margins

About the business

In essence, a Mobile Coffee / Tea business consists of a vehicle fitted with a coffee machine and other ancillary equipment, selling products similar to static coffee shops. If you were thinking of opening a coffee shop but don’t want or can’t afford the set up costs, then a good alternative could be a Mobile Coffee Business.

It has certainly attracted many start-ups in the last few years, and in all sorts of vehicles! Transit style vans, Piaggio three wheelers, vintage VW campers, electric carts, golf buggies and almost every other type of vehicle imaginable – in fact, it seems the more unusual the vehicle, the more appealing it is.

 

The Main Advantages of a Coffee / Tea Business:

1) Low Start Up Costs

You can start a mobile coffee / tea business for very little. Ready to go packages can be bought for as little as £7500 for a no strings attached Piaggio conversion, and can range to over £30,000 for a full blown supported franchise with a long, solid track record.

2) Coffee is a growing trend

The coffee business is growing, and rapidly. There are many coffee connoisseurs who will no longer accept a cup of drab, powdered instant, and want high quality coffee. This is only going to continue.

3) Great Profit Margins

Coffee and tea offer incredible gross profit margins of up to 95% which is what has attracted the big companies to expand at such a rapid rate. Very few other products even come close, meaning that you have the potential to make a lot of money.

4) A Year Round product

Some products are very seasonal, but coffee is no longer one of them. Yes, you won’t sell as many on hot days, but let’s be honest, they are few and far between.

5) Flexibility

Many people operate a mobile coffee / tea business to fit around their lifestyle, choosing only the odd show or event. For others they choose to do it as a career; it is these that tend to operate a daily round or a on regular pitch in a town centre or retail park. The great thing is that it can be run part time, on evenings outside a club or weekends at various events around the country. It’s very flexible.

 

 

The Main Disadvantages of a Coffee / Tea Business:

 

1) Competition

The expansion of the ‘proper’ coffee market has been impressive, but has also been matched by the growing number of coffee outlets where customers can get their daily cup of joe. While more people might be spending more money on coffee, there is also a lot more competition for that business. Your product will either have to be competitively priced, of a higher quality or have better service. Service will be key to the success of your business.

2) Limited Trading Hours

The vast majority of coffee / tea sales take place in the morning and this will be when you make most of your money. You will have to start early as many of your customers will want a coffee or tea on their way into work or shortly after they have started.

3) Licensing Issues

You may well need a street trading licence, and you will need to check with all of the local boroughs in which you would like to work as rules may differ across boroughs.

4) Skill Required

It takes skill to make a nice cup of coffee, and we’re not just talking about a pretty pattern on the top. To make good coffee you will need to research how to make a good cup and get practicing. Your level of skill and understanding of your business may well determine whether your business is successful.

5) Competition at Events

Many other businesses will offer hot drinks at events, and you have to ask yourself will someone want to queue up twice, once for breakfast and again for a coffee to go with it. While you may have the sole coffee concession, you may find that the burger van next to you is selling cups of instant coffee or generic teabags at half the price you are. Many customers will not queue twice, and as such will pay the food provider for an arguably inferior product. You need to bear this in mind when working out how much to tender to work at events.

6) Brand Loyalty

Many coffee customers go to a preferred outlet for their coffee. This is great when you have lots of repeat customers who will come to you every day or two, however, it can make it harder to break into the industry initially.

Your Equipment

If it hasn’t got the CE label, don’t buy it – no matter what anyone might say. You will not get a Gas Safety certificate for it, and therefore will be operating illegally.

Event Organisers will want to see your Gas Safety certificate and you won’t be able to trade without it. Even if you find work at small private functions, you could have some real problems with insurance companies if you ever need to make a claim, let alone with the law if you are prosecuted.

 

Where To Trade

Where you trade is obviously critical to the success of your business. There are a variety of different options that you can choose from, you might even operate from a variety of different locations. Below are some ideas as to where, and you can find more information in our Get Profitable section.


Shows & Events

From village Fetes to week long music Festivals
> Read More


Markets

Street Food, Farmers Markets, Car Boot Sales
> Read More


Roadside

Lay-by’s, Car Parks & Industrial Estates
> Read More

How to Succeed

In order to succeed we think you need to do / have the following things:

  • Do lots and lots of research

Research, research, research. You need to find out as much information as you can before you start, to know what to expect. What to sell, where to sell, how to sell it! This site should help you with lots of your research, but you might also want to consider buying The Complete Guide to Profitable Catering – it takes a lot of the information on this site and goes into more detail. You might also want to speak to some experts face to face. For more information > Click here 

  • Have a Support System in place

Where are you going to get answers to the many questions that you have? Where are you going to get the reassurance that you are doing the right thing or the confidence to change if things aren’t going to plan? You might know someone else who has done it and therefore you can tap them up for information.

By being a member of NCASS you can call us with any questions or queries that you might have.

 

  • Have lots of Determination

There’s no doubting that in order to succeed in this industry you need to have a lot of determination to keep on going when the going gets tough. It’s not an easy trade, especially in the depths of winter when you have to go out and trade in the cold weather but you’d rather be at home or in an office in the warm. That’s the main difference between those who last 1 season and those that last 20.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Coffee –“My Next project …velopresso ” #Refugees

http://www.velopresso.cc/about/news-conway-hall

jean wadier

jean wadier

rédacteur/traducteur à Traduction 7 articles

 

Selling coffee for refugees (I just need the bike =’Velopresso’) …:-)

#Coffee — ” Velopresso production model “ https://johannwadier.wordpress.com/2015/10/23/coffee-velopresso-production-model-3/ …

Posted in Uncategorized | 1 Comment

Et si les films de Godard étaient de superbes romans-photos…

Maquette originale du ciné-roman “A bout de souffle” paru dans Le Parisien Libéré en 1969 © Raymond Cauchetier. Cliché : Mucem/Yves Inchierman

Et si les films de Godard étaient de superbes romans-photos…

03/02/18 01h08
Godard contribua à adapter ses premiers films en ciné-romans populaires dans un mélange de visées commerciales et de jeu avec les diverses déclinaisons de la fiction. Un magnifique ouvrage dirigé par le critiquer d’art Pierre Pinchon revient sur cet aspect méconnu.

C’est un splendide objet que publie le critique d’art Pierre Pinchon aux éditions Matière. Contrebandes Godard 1960 – 1968 s’intéresse à un aspect oublié de la cosmogonie godardienne : les ciné-romans, soit des roman-photo adaptés de ses films à des fins promotionnelles et publicitaires. Au sommaire de cet ouvrage superbement illustré, maquetté et fabriqué, on trouvera A Bout de souffle, Le Petit soldat, Une Femme est une femme, Une Femme mariée et Alphaville, soit la presqu’intégralité de la première partie de sa filmographie.

Marketing et comic-strip

Levi’s® Music Project : Le succès d’un projet musical ouvert à tous

Contenu sponsorisé

Les groupes Hyphen Hyphen et Ofenbach se sont déjà engagés auprès des jeunes, du nouveau très bientôt…

Dans un long texte érudit, informatif et limpide, Pinchon expose en préambule du livre l’histoire et le comment du pourquoi de ces ciné-romans. La raison première était promotionnelle. Avec la Nouvelle vague, ce n’est pas seulement une nouvelle conception de la mise en scène qui est advenue mais aussi une révolution du marketing et de la promo. Pour la première fois avec A Bout de souffle, la presse était conviée sur le tournage. Ainsi, France-soir, quotidien populaire, pouvait publier une bd où on expliquait au lecteur les principes de réalisation de la nouvelle génération : tournages dans les rues, caméra camouflée, mélange des acteurs professionnels et des badauds-figurants, ces derniers filmés ou enregistrés à à leur insu. Même les très sérieux Cahiers du cinéma avaient publié un petit strip en forme de jeu où il fallait deviner l’emplacement de la caméra lors de la fameuse scène sur les Champs-Elysées où Bébel retrouve Jean Seberg vendant le Herald Tribune. Une ultime case révèle que cette caméra était cachée dans le triporteur de la poste qui suivait (ou plutôt précédait) incognito les personnages.

Ces ciné-romans accessibles à un public beaucoup plus large et populaire que celui susceptible d’être attiré par les inventions ciné et autres facéties de JLG décuplaient ainsi la renommée du film et ce qu’on n’appelait pas encore le buzz. Devant le succès de ces ciné-romans qui proposaient une version immobile, modifiée et affadie du cinéma de Godard, des éditeurs et journaux se mirent à en publier aussi après la sortie et l’exploitation des films. Le ciné-roman s’insérait ainsi naturellement parmi les autres artefacts de fictions populaires qu’étaient la bd, le comic-strip ou le roman-photo.

Dégodardisation

Les fac-similés de ces ciné-romans reproduits dans ce livre montrent qu’il en existait différentes versions : la qualité des photos, leur choix, ainsi que la façon de tordre ou simplifier le récit variait énormément, comme on peut le constater sur les diverses versions photo d’A Bout de souffle. Si ces ciné-romans respectaient à peu près la trame du film, ils différaient totalement dans le ton et les détails. On citera comme seul mais flagrant exemple, la fin d’A Bout de souffle. Dans le film, Belmondo est abattu par la police et meurt sur le passage clouté de la rue Campagne-Première. Regrettant de l’avoir donné aux flics, Jean Seberg court vers lui, pour un ultime échange. Ils se regardent, et il dit “chuis vraiment dégeulasse“, puis se ferme les paupières et meurt. Elle répond, regard-caméra “qu’est-ce que c’est, dégueulasse ?“. Cut, fin du film.

Dans le ciné-roman, le dernier photogramme est une vue aérienne du Louvre (?!?) avec la légende suivante : “Il est trop tard pour demander pardon à Michel, mais son message ne mourra pas avec lui. Un enfant doit naître et il viendra au monde dans le souvenir de cet amour absurde et désespéré. Et tant qu’au monde existera l’amour, malgré la douleur, la trahison et la mort, la vie poursuivra son cours… FIN“. Extraordinaire dégodardisation de Godard ! Dans la version (beaucoup plus courte) publiée par l’hebdomadaire populaire Le Hérisson, la dernière photo montre Belmondo à terre entouré des pieds des flics et de Jean Seberg, avec la légende “c’en est fini pour lui de vivre dangereusement… FIN“, ce qui est un peu plus fidèle au récit objectif du film et néanmoins très différent du regard subjectif de JLG, une sorte de moraline anti-gangster remplaçant la déchirante scène d’amour meurtri du film et sa morale suspendue à la lecture de chaque spectateur.

Pop culture

Si Godard ne signait pas toujours ces ciné-romans, il les accueillait avec plaisir et gourmandise ironique, aimant faire rayonner sa vision au-delà des films, jouant avec tous les aspects du cinéma, de sa création à son commerce. Cela lui valut sans doute l’inimitié et les railleries des situationnistes, qui ne manquaient pas une occasion de se payer sa tête et de le parodier : ce livre reproduit quelques planches situ, très drôles et graphiques. Les collaborateurs de Godard assumaient clairement les ciné-romans, à l’image de son photographe de plateau Raymond Cauchetier, de son ami et assistant Richard Balducci ou de son actrice Macha Méril qui fut co-auteure avec JLG du ciné-roman Journal d’Une femme mariée : un bel objet, sans philactères, superbement maquetté, relevant plutôt de l’art contemporain ou du beau livre que du roman-photo. Godard lui-même avait imaginé un faux quotidien, Le Figaropravda, pour porter le ciné-roman adapté de Alphaville.

Il est bien sûr intéressant de réfléchir au rapport entre les films de JLG et le ciné-roman, exemple d’un paradigme plus large qui réunit ou sépare art noble et culture populaire. On l’a dit quelques lignes plus haut, les versions photo-romancées des films de Godard procèdent d’un aseptisation totale dans laquelle on ne retient que la surface de Godard (ses trames scénaristiques, ses images mais réduites à des photos) tout en évacuant complètement l’essentiel de son art : sa tonalité, son humour, son ironie, sa mélancolie, son bazardage des codes académiques, son montage impertinent, son étrangeté à la morale bourgeoise dominante, sa cinéphilie, sa grande culture générale… Les ciné-romans vident Godard de sa substance et de son art disruptif pour transformer ses films en fictions consensuelles, polars ou romances, ne choquant personne. Mais en même temps (comme dirait Macron), ces artefacts populaires ont sans doute prolongé la vie des films de Godard, aidé à diffuser sa vision dans des couches de populations très éloignées de lui, de son idée du cinéma et de sa morale (qui était une affaire de travelling), contribué à ce que Godard ne demeure pas réservé aux cinéphiles et happy few, cantonné à une tour d’ivoire coupée du monde. A l’inverse, on n’oublie pas non plsu que dans ses films, Godard rebrassait les objets de la culture populaire, que ce soit le polar, le roman noir, la série B, la chanson, la publicité… On se souvient aussi qu’un Michelangelo Antonioni, incarnation suprême du cinéaste “intellochiant”, avait fourbi ses armes dans le roman-photo et que l’éditeur Cino Del Duca publiait aussi les premiers films du maestro en roman-photo. On se souvient encore du critique Louis Skorecki (ou était-ce Fabrice Luchini ?) qui mettait quasiment sur le même plan les films de Rohmer et Hélène et les garçons. Dans la pyramide de l’art et de la culture, la frontière entre la base et le sommet n’est pas toujours étanche, et il est évident qu’il y a un vague goût et un semblant de Godard dans les ciné-romans tirés de ses films (de même qu’il existe un vague goût de cassoulet dans un cassoulet surgelé), ce qui en fait des objets de curiosité et d’intérêt, la patine du temps aidant. On ne peut donc pas affirmer qu’il n’y aurait strictement aucun rapport entre ciné-romans adaptés de Godard et films de Godard, à condition de ne jamais confondre intérêt historico-sociologique et intérêt artistique, alcool et Canada dry, cinéma fulgurant et produit dérivé.

Contrebandes Godard 1960 – 1968, sous la direction de Pierre Pinchon, éditions Matière

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Café –Paris–Coffeehouses –#UneTassedeCafé

Rappellons le Principe/la Devise du Blog:

” Une Tasse de Café à Paris ” … sera-t-elle toujours Une Tasse de Café …? On peut souvent en douter –à voir/goûter le café de Merde servi partout; qqe espoir:

– Coutume Café (7ème)

-Café Lomi (18ème)

-Brulerie Belleville

– La Maison du Café

– Fondation Café

– Café Loustic

– Le Téléscope (1er)

–La Caféothèque (4ème)

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Coffee — ” Velopresso production model “

 

 

Conway Hall

Velopresso_08_copyright_Ivan_Coleman

V e l o p r e s s o ™ is an innovative coffee vending trike for true off-grid selling of quality espresso on city streets, at trade fairs, events and in parks, etc. Designed from the ground up around a custom rear-steer tricycle, a unique pedal-driven grinder, and a robust gas-fired lever espresso machine, Velopresso is a celebratory fusion of human power, sensory pleasures and technology – old tech with hi-tech, bicycles and coffee, their engineering and aesthetics. The result is a unique hybrid machine with a compact footprint and near-silent, low carbon operation – fine coffee, no electricity, no motors, no noise!

The UK-manufactured production model will be available for pre-order in early summer 2013. Pricing to be confirmed. All images are of the prototype.

========

While we develop the Velopresso production model we like to run the prototype when we can, and where better to do that than ‘London’s renowned hub for free speech and independent thought’ – the perennial Conway Hall. We are grateful to the Conway Hall team for hosting the Velopresso prototype, and there will be the first full day of public shot-pulling on Saturday 23rd February.  If you are in central London, come by for a pedal-ground coffee between 9am and 4pm, and take in an impressive exhibition fromCongo Connect at the same time.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Café: contre le Cafédemerde …ex. Starbucks Le Café Fr typique –enfer et damnation :-) Pour: les Coffeehouses: speeder and earl’s ! Verlet +

 

 

J’ai pensé cette chose-là:

qu’il était curieux que dans le pays des millions de vins et 365 fromages

on serve universellement le même café (de merde, soyons clairs)

psstt: on appuie sur un bouton et le petit expresso sort, provenant de la même machine,

avec -partout – ce même Meo, Café Richard (beuurrk) ou autre lavasse à 2 sous, un euro et qqs sous

Où sont les cafés d’antan? où sont les Coffeehouses d’hier ? qui tel Verlet à Paris, Opéra

témoignent de cette période où à peine débarqués, les sacs de café+ thé étaient

installés dans le magasin et servis aux clients.

Nous explorons donc ici ce mystère inquiétant:

We explore here this fascinating issue … whereas the country of diversity is offering a dismall, mediocre beverage –once called café/ coffee and btw…

 what is really in this cup ?

http://www.cafesverlet.com/

http://www.speederandearls.com/

Posted in Uncategorized | Leave a comment